Gérer sa réputation sur le web requiert du temps et quelques bons outils. Au niveau professionnel, l’e-réputation concerne aussi bien les chefs d’entreprise que les salariés ou les freelances. L’enjeu peut être de booster sa carrière ou son activité, proposer des prestations, nouer des contacts, ou simplement illustrer ses compétences, tout en évitant certains pièges…

Tout d’abord, un mode d’emploi : « Cultivez votre identité numérique », un e-book disponible en ligne et téléchargeable en pdf, édité par You on the Web (Bar Camp de Lille).

Très complet, ce guide fait le point sur les moyens, objectifs et enjeux de l’e-réputation, de façon très accessible (ne soyez pas effrayé par le nombre de pages, ça passe tout seul).

De façon non-exhaustive, voici quelques outils pour créer, utiliser et mesurer l’e-réputation.

Créer son « identité » : des moyens différents mais complémentaires

- Le cv en ligne peut prendre différentes formes : documents en ligne, profils sur les réseaux spécialisés, cv vidéos, cv blogs…
- Le blog est un outil très riche et très complet, donc il nécessite du temps (pour la mise en place et surtout l’entretien).
- Les plateformes de micro-blogging (Twitter) et sociales (Facebook…) peuvent compléter très efficacement votre blog : elles permettent de diffuser du contenu (plus restreint que le blog) et de créer du contact.
- Viadeo et Linkedin, par exemple, outils de social networking, sont une aide précieuse à la constitution d’un réseau professionnel
- Google permet de créer un profil simple (nom, localisation, photo, bio, liens), sorte de carte d’identité… référencée.

Bien utiliser cette identité : on ne peut pas contrôler sa réputation, mais on peut la gérer

Il ne suffit pas de se créer un réseau ; il faut l’entretenir, et rester actif (là encore, cela demande un investissement en temps), ne serait-ce que pour profiter des possibilités d’échange et de partage de connaissances. Il faut acquérir certains réflexes : commenter les articles de blogs que vous aimez, par exemple, ou répondre à des twits.
Et d’une manière générale, ne jamais oublier que l’on est responsable de ce que l’on publie sur internet, et que chaque publication laisse une trace. Cela paraît évident mais… L’article « mauvaises pratiques illustrés » du blog du Modérateur montre quelques beaux exemples de mésaventures numériques.
Cependant, ne pas être visible sur le web peut être encore plus dommageable… Bloquer ses profils et verrouiller ses informations n’est donc pas forcément une bonne idée.

Vérifier et mesurer sa visibilité

Signe des temps : de plus en plus de recruteurs utilisent le web ; il est à la portée de n’importe qui de faire une recherche toute simple sur un nom dans Google, ou Facebook. Il n’est donc pas inutile de faire un tour sur des moteurs de recherche, généraux et spécialisés.

- Pour les blogs : Google blog search, Technorati par exemple
- Pour les personnes : CV Gadget, 123 People, Pipl
- Samepoint, Whostalkin (méta-moteurs, utile pour connaître la réputation d’une marque, par exemple)
- Boardreader est un moteur de forums
- How Sociable mesure votre visibilité sur différentes plateformes (réseaux sociaux, de partage, moteurs de recherche)

Bien sûr, ces services en ligne évoluent… Alors restez connectés !